Accueil

Une préparation correcte du sol, associée à l’addition de fertilisants, entraîne une bonne structure du sol, très importante pour le développement de vos plantes et de votre gazon.

C’est absolument nécessaire, surtout si l’on vient de faire bâtir, étant donné que le sol a été aplati pendant les travaux. Par conséquent, il ne laisse plus passer l’eau et le sol ne reçoit plus d’oxygène.

Il est donc conseillé de remuer la terre jusqu’à une profondeur de 50 cm environ et de la débarrasser de tous les déchets et pierres. Les petits jardins peuvent être binés à la main; pour les plus grandes superficies, on a généralement recours à des machines (vous retrouverez les entreprises spécialisées dans les Pages d’Or).

Le type de sol dont vous disposez demande également une préparation adaptée.

Sol argileux

Ce sol se compose de fines particules de terre accolées lune à l’autre. Le fait que ce sol retient bien les substances nutritives pour les plantes en constitue l’avantage principal. L’argile retient également bien l’humidité, ce qui peut causer des problèmes par temps pluvieux. Si l’argile n’est pas bien préparée, les racines des plantes resteront dans l’eau et pourriront.

Il est donc conseillé, lors de la préparation du sol, de mélanger à la terre une couche de 5 cm environ de sable fin, enrichi de 300 l de tourbe ou de compost par 10 m˛. Vous obtiendrez ainsi un sol plus aéré, qui sera salutaire au développement des plantes.

Sol sablonneux

Ce sol se compose de grosses particules de terre dans lesquelles l’eau et les substances nutritives s’enfoncent rapidement. L’avantage d’un sol sablonneux est que les racines des plantes sont toujours aérées et au sec; l’inconvénient, cependant, est que, par temps sec, les plantes ne peuvent pas absorber assez d’eau et qu’il faut donc toujours distribuer des substances nutritives. Amendez le sol, lors de la préparation, en mélangeant à la terre environ 400 l de compost enrichi d’engrais organiques par 10 m˛.

Notre sélection d’engrais : www.lebonstore.fr

En général, on ne dispose pas d’un sol sablonneux ou argileux à 100%, mais plutôt dune variante de l’un des deux types de sol. Il faut donc bien examiner le sol pour déterminer la préparation adéquate.

Vous disposez pour ce faire dune large gamme de produits :

Compost

Il s’agit d’un fertilisant de haute qualité. Il est préparé à base des produits animaux et végétaux les plus variés (écorce d’arbre, sciure, engrais, tourbe de jardinage, feuilles, etc.) qui ont déjà été décomposés partiellement par des micro-organismes. Le compost permet de fertiliser à court terme des sols pauvres, acides et de mauvaise qualité. La structure du sol en est également améliorée. Outre de l’humus, le compost contient également des substances nutritives de base. Voilà pourquoi il est conseillé de ne pas planter à même dans le compost, mais de toujours composer un mélange homogène de terre et de compost. Ne vous servez jamais de compost dans des pots ou des bacs à fleurs.

 

Livraison

Les plantes peuvent vous ętre fournies de plusieurs façons : en pot, avec motte ou racine déchaussée.

Les plantes en conteneur (plantes en pot) peuvent parfaitement rester quelques jours en surface sans en souffrir (veillez toutefois à ce que la plante reste humide). Les plantes avec motte peuvent également supporter beaucoup, mais il faut veiller à protéger la motte sil fait sec ou froid.

Si les plantes sont livrées avec la racine déchaussée (plantes pour haies surtout et quelques arbustes), il faut ętre plus prudent. Si vous ne pouvez pas les planter directement à lendroit que vous leur avez réservé, vous devez les ensiler provisoirement. Pour ce faire, vous pouvez tout simplement creuser une rigole, y déposer toutes les plantes à racine déchaussée et combler la rigole afin de protéger toutes les racines. A défaut, ces plantes souffriront, ce qui peut nuire à leur reprise.

Gaze et pots en plastique

Les plantes livrées avec motte sont pourvues dun morceau de gaze qui sert à protéger la motte au cours du transport. Les morceaux de gaze que nous lions aux mottes sont biodégradables et ne doivent pas ętre retirés. Veuillez toutefois enlever les élastiques qui pourraient se trouver autour du morceau de gaze.

Le pot en plastique des plantes en conteneur doit ętre enlevé.

Quand planter

Les plantes en conteneur peuvent être plantées toute l’année, sauf en cas de gel. Les arbustes et les arbres à racine déchaussée ou avec motte se plantent d’octobre à avril, sauf sil gèle. Plantez de préférence les petites plantes vivaces au printemps (de mars à juin). Si le sol est humide, reportez quelque peu l’opération. Si vous plantez alors que le sol est trop humide, la terre s’agglomérera rapidement autour des plantes, ce qui peut nuire à leur reprise étant donné que les racines reçoivent trop peu d’oxygène.

Emplacement

Informez-vous sur les exigences que requiert la croissance de la plante (toutes les plantes de notre magasin sont accompagnées d’informations concernant le type de sol, soleil ou ombre, taille, etc.). Vos plantes se développeront bien pour autant que vous leur accordiez un emplacement adéquat. A défaut, elles s’étioleront. (Par exemple, les bruyères plantées dans des terrains lourds auront peu de chances de s’épanouir.)

Le trou

Creusez un trou suffisamment large et profond. Beaucoup de personnes commettent l’erreur de creuser un trou de la taille du pot ou de la motte des plantes seulement. De ce fait, les jeunes racines des plantes ne pourront pas se développer correctement étant donné que le sol est trop dur à côté du trou. Le trou doit également être assez profond.

Amendez la terre du trou avec du terreau, du compost, de la terre de bruyère (voir rubrique Terreaux et Humus et compost dans notre magasin). Mélangez toujours ces éléments avec la terre végétale du jardin, car l’humus et le compost sont trop riches. Un bon mélange est constitué de terre végétale à 50% et de fertilisant à 50%.

Planter

Mettez la plante dans le trou à la bonne hauteur et dans la position correcte. Il vaut mieux planter les plantes à leur nouvel emplacement à une profondeur égale à celle à laquelle elles croissaient auparavant (vous pouvez en général le voir à la tige des plantes).

Pour les plantes en conteneur, il est conseillé de mettre le dessus de la motte existante à 2 cm environ sous le niveau du sol de votre jardin. Pour les plantes vivaces, il vaut mieux mettre le dessus de la motte au niveau du sol.

Comblez le trou avec la terre que vous avez retirée et éventuellement additionnée de fertilisants. Pour les plantes vivaces, tassez la terre de la main ; pour les arbustes et les arbres, tassez-la avec le pied (mais pas trop fort).

Si vous plantez alors qu’il fait sec, ne comblez le trou qu’à moitié. Remplissez-le ensuite d’eau et remettez-en dès que la terre a absorbé l’eau.

Tuteurs

Lorsqu’on plante des grands arbres, il est conseillé de placer un tuteur à côté de l’arbre. A défaut, les arbres récemment plantés pencheront rapidement par grand vent et leurs jeunes racines se briseront.

Vous trouverez ci-dessous une description des insectes de jardin les plus courants, des photos pour mieux les reconnaître et une solution à ces problèmes.

Pucerons

Il existe de nombreuses espèces de pucerons. On trouve des espèces ailées, aptères et de divers coloris. On les rencontre en grands groupes, surtout sur les jeunes parties des plantes. Ils sécrètent souvent des sucs (du miellat) sur lesquels des champignons provoquant la fumagine peuvent se former. Les feuilles et les tiges sont alors recouvertes dune couche noire. C’est un signe infaillible de la présence de pucerons. Un autre signe de cette présence : le fait que de nombreuses fourmis grimpent sur les plantes; les fourmis adorent les excrétions des pucerons et protégeront dès lors ces derniers contre leurs prédateurs. Les fourmis aident donc les pucerons à se maintenir et ne sont donc aucunement un prédateur du puceron, comme d’aucuns le pensent. La coccinelle, elle, est un ennemi naturel des pucerons. Laissez-les donc en vie.

Si elles sont atteintes par les pucerons, les feuilles vont briller et coller, se flétrir, changer de couleur et même dépérir dans certains cas.

Le Confidor (voir rubrique Pulvérisateurs – insecticides dans notre magasin) est LE produit tout indiqué pour lutter contre les pucerons. Il peut être pulvérisé sur le feuillage des plantes (3 ml/10 l d’eau) ou versé au niveau des racines (10 ml/10 l deau sur sol humide). Le produit est entraîné par le courant de la sève. Il ne combat que les insectes à pièce buccale suceuse sans nuire aux ennemis naturels (les coccinelles entre autres) de sorte que l’équilibre écologique nest pas perturbé. 1 traitement par saison suffit.

Aphidiens

Il s’agit de l’espèce la plus connue. Ils vivent en grand nombre sur les jeunes pousses et boutons des plantes (en général sur les rosiers, le chèvrefeuille, le bambou, Viburnum…). Ils sont vert clair ou noirs.

Le puceron lanigère

La cochenille

Hannetons

Dès que l’on remarque des hannetons sur les plantes, il est conseillé d’administrer un insecticide sans tarder.

Les hannetons sont des insectes assez grands, en général pourvus dune carapace dure. Ils peuvent abîmer considérablement les plantes en très peu de temps. Ils aspirent la sève des plantes, en dévorent les feuilles et parfois même l’écorce (le hanneton de l’if). Les espèces les plus fréquentes sont le hanneton commun, le doryphore (surtout sur les plants de pomme de terre), le hanneton du lis (rouge) et le hanneton de l’if (surtout sur l’if mais aussi sur diverses espèces de rhododendron et de prunus). Les hannetons déposent généralement leurs larves dans le sol, larves qui se nourrissent des racines des plantes ; le hanneton de l’if adulte vit également sous terre et n’émerge que la nuit.

Pour combattre efficacement les hannetons, il suffit d’asperger plusieurs fois du BAYTHROID sur le feuillage (toutes les 3 semaines environ) ET d’épandre du CURATER au niveau des racines (pour tuer les larves qui se trouvent dans le sol). Voir rubrique Pulvérisateurs – insecticides dans notre magasin.

Chenilles

Ces insectes peuvent également faire de gros dégâts. Ils se nourrissent avidement de feuilles et peuvent en avaler des pans entiers en peu de temps. Ils apparaissent en général à partir du mois de mai. Ce sont des insectes longs (verts en général) qui se déplacent lentement le long des tiges ou sur les feuilles.

Quelques aspersions de BAYTHROID (toutes les 2 à 3 semaines) donneront les meilleurs résultats.

Escargots

C’est surtout en période de pluies abondantes que les escargots peuvent être présents en masse. Ils se reproduisent très vite par temps chaud et humide. Si vous voyez 10 escargots à la surface du sol, songez qu’il y en a encore 90 autres sous terre. Les escargots peuvent faire de gros dégâts en peu de temps, car ils se nourrissent (surtout) de jeunes pousses et rameaux.

Épandez 3 fois du MESUROL à intervalles réguliers de 10 jours pour obtenir de bons résultats. Ce traitement permet de rompre complètement le cycle de développement de l’escargot. Voir rubrique Pulvérisateurs – insecticides dans notre magasin.

Araignée rouge

Ces parasites ne peuvent généralement être repérés qu’avec une loupe. Ils vivent la plupart du temps au sommet des pousses et sur le dessous des feuilles. Les feuilles de la plante sont entièrement vidées de leur sève, perdent leur brillance et jaunissent (quelques taches jaunes au départ, la feuille entière ensuite). Elles finissent par tomber.

L’araignée rouge se développe le mieux par temps chaud et sec, elle a horreur de l’humidité.

Si la plante n’est pas trop atteinte, nébuliser régulièrement les plantes (surtout le dessous des feuilles) peut suffire. Si cela ne résout pas le problème, il faudra très certainement asperger de l’EUPAREN. Ce produit doit être nébulisé 3 fois à pression élevée et à intervalles réguliers de 10 jours environ (le dessous des feuilles doit ętre bien humidifié !!!).

Insectes terricoles

Les insectes terricoles les plus fréquents sont les larves de la tipule, les vers blancs (larves du hanneton), les vers fil de fer (larves du taupin) et le myriapode (mille-pattes). Ils se nourrissent de racines, non seulement des plantes mais également du gazon. En cas de période de sécheresse, les racines ne peuvent plus aspirer d’humidité ni de substances nutritives, la plante ou le gazon finit donc par dépérir (cela peut aller très vite pour le gazon !).

Il est donc absolument nécessaire d’agir. Traitez avec du VOLATON en avril (voir rubrique Engrais – insecticides dans notre magasin). Épandez les granulés par temps de pluie ou arrosez abondamment la surface traitée de sorte que le produit puisse pénétrer dans le sol.

Taupes

Les taupes peuvent faire des dégâts considérables, surtout au gazon sous lequel elles creusent des galeries et où elles créent leurs taupinières. Il s’agit toutefois d’animaux utiles, car ils se nourrissent surtout d’insectes. Laissez-les en vie sils ne provoquent pas de dégâts.

Si vous souhaitez quand męme les éliminer, la seule façon efficace de le faire est de poser des taupières. Veuillez cependant ne pas les saisir à mains nues, mettez toujours des gants. Les taupes ont un odorat particulièrement bien développé et ne s’approcheront pas des taupières si elles sentent l’odeur de l’homme.

Vous trouverez ci-dessous une description des maladies et épidémies les plus fréquentes dans les jardins d’agrément et fruitiers ainsi que des photos afin de pouvoir poser le bon diagnostic.

Les plantes saines seront moins souvent atteintes et moins sujettes aux maladies. Par conséquent, veillez aussi à ce que vos plantes soient plantées dans une bonne terre et que vous leur donniez à temps un engrais adapté.

Maladie du blanc

Au cours de ces dernières années, la maladie du blanc, appelée également blanc, s’est transformée en véritable fléau. Les pousses terminales des plantes se parent dune houppe blanche, les feuilles sont recouvertes de moisissures blanches, elles restent petites et se recroquevillent, les fruits des arbres fruitiers éclatent.

La maladie du blanc se développe surtout par temps chaud et humide.

Dès l’observation des premiers symptômes, aspergez 2 fois du BAYFIDANspecial (voir rubrique Pulvérisateurs fongicides dans notre magasin) en respectant un intervalle de 2 semaines. Humidifiez bien également le dessous des feuilles.

Tavelure

Maladie des arbres fruitiers pouvant se développer dès le bourgeonnement au printemps.

Des taches foncées de forme irrégulière apparaissent sur les feuilles et les fruits. Les fruits mûrs présentent des crevasses semblables à du liège.

Traitez en alternance avec du BAYCOR et de lEUPAREN (voir rubrique Pulvérisateurs insecticides dans notre magasin) en respectant un intervalle de 2 semaines.

Rouille

La rouille se caractérise par de nombreuses taches jaunes à jaune orangé de la taille dune tęte dépingle et qui se forment sur le dessous des feuilles. Le dessus est parsemé de légères décolorations en forme de pointe. Apparaît surtout chez les rosiers et les poireaux.

Un traitement au BAYFIDAN special (voir rubrique Pulvérisateurs fongicides dans notre magasin) toutes les 2 semaines à partir du mois de mai donne les meilleurs résultats.

Moniliose

Apparaît surtout chez les prunus (cerisier à fleurs, cerisier commun et guignier). Les fleurs fanent et, ensuite, les bouts des branches commencent à dépérir. Si l’on n’agit pas, la plante entière finira par mourir.

Retirez immédiatement les parties atteintes dès que vous diagnostiquez la maladie. Un traitement au BAYCOR WP (voir rubrique Pulvérisateurs fongicides dans notre magasin) avant, pendant et après la floraison donne de bons résultats.

Cloque

Cette maladie s’attaque surtout au pêcher, mais elle peut également toucher les plantes ornementales. La feuille s’enroule complètement, prend une teinte orange à brunâtre et le centre durcit.

Aspergez 2 fois du CUPRAVIT FORTE (voir rubrique Pulvérisateurs fongicides dans notre magasin) pour obtenir les meilleurs résultats. Il s’agit dune solution de cuivre qui peut également être utilisée sur les arbres fruitiers et les plantes ornementales pour prévenir d’autres maladies et champignons (une cure d’antibiotiques pour plantes).

Tailler effraie de nombreuses personnes, parce quelles ne savent pas comment, quand ni à quel endroit il faut tailler. Voici quelques conseils utiles pour pouvoir effectuer une taille de base.
Pourquoi tailler

Tailler peut être nécessaire pour diverses raisons : pour réfréner la croissance des plantes, pour obtenir de jolies formes, pour maintenir les plantes en bonne santé ou pour avoir une meilleure récolte (surtout chez les arbres fruitiers).

Vous devez enlever les branches mortes ou malades de certaines plantes dès que vous les remarquez. Ainsi, les maladies n’auront aucune chance de contaminer le reste de la plante. Pour ce faire, coupez les branches un peu avant l’endroit atteint. Les pousses sauvages (apparaissant parfois sur les plantes greffées) doivent être directement enlevées, car elles affaiblissent trop la plante. On voit généralement sur les plantes greffées l’endroit où la greffe a été effectuée. Toutes les branches qui apparaissent en deçà de cet endroit sont des branches sauvages.

Quand tailler

La période de la taille varie dune plante à l’autre. Il existe toutefois certaines règles qui s’appliquent à 95% des plantes :

Les arbustes qui fleurissent au printemps

doivent ętre taillés tout de suite après la floraison ; il s’agit de plantes qui fleurissent sur les branches quelles ont formées l’année précédente. Si on les taille tout de suite après la floraison, elles ont l’occasion de former de nouvelles branches pour la floraison de l’année suivante. Quelques exemples: Forsythia, Ribes, Corylopsis, Spirea, Weigelia, Prunus…
Ne vous contentez pas détęter ces arbustes, mais osez également couper carrément les anciennes branches jusqu’au niveau du sol et procéder à l’éclaircissage (veillez toutefois à maintenir la forme de l’arbuste).

Les arbustes qui fleurissent en été ou en automne

doivent être taillés au début du printemps (février-mars), car ces plantes fleurissent sur les branches de l’année. Quelques exemples : Buddleia, Ceanothus, Potentilla, Hibiscus…
Ces arbustes sont souvent taillés court.

Rosiers

Le feuillage des rosiers doit généralement être taillé à moitié avant l’hiver. Il lest une seconde fois au printemps, mais plus court (jusqu’à 3 ou 4 yeux).

Arbres

Les arbres sont élagués en hiver (de novembre à mars). Ils sont alors dépourvus de feuilles et en phase de repos. Certaines espèces doivent être élaguées assez tôt (Betula, Acer, noyers…), car la sève de ces arbres remonte vite au printemps. A défaut, ils perdraient trop de sève.

Si l’on élague de grosses branches ou si l’on cause de graves blessures, il est conseillé de recouvrir les plaies avec de la pâte BAYLETON (voir rubrique Pulvérisateurs – divers dans notre magasin) pour éviter que des maladies ou des insectes ne s’y installent.

Ericacées

La plupart des Ericacées (Rhododendron, Skimmia, Azalea…) ne supportent pas la taille, sauf Erica et Calluna. Si la taille se révèle toutefois nécessaire, ne coupez que les rameaux saillants à laide d’un sécateur (jamais avec une cisaille). Chez les hortensias (Hydrangea), ne coupez que les branches qui ont fleuri, les autres branches forment déjà des boutons pour la’nnée suivante. Taillez Calluna tout de suite après la floraison ou en mars, taillez Erica tout de suite après la floraison.

Conifères

La meilleure période pour tailler les conifères s’étend d’avril à juin ou de septembre à octobre. Ne taillez jamais ce groupe par temps chaud en été ni lorsqu’il gèle. Il vaut mieux les tailler régulièrement dès leur plus jeune âge (mème les haies). Sinon, ils risqueraient de ne plus prendre forme ou leur feuillage deviendrait trop raide.

Présence de mousse

Après l’hiver, votre gazon na généralement plus l’air en forme. Vous trouvez presque partout des mousses qui entravent la croissance de l’herbe. De plus, le feutrage provenant des herbes mortes se charge d’étouffer la pelouse lentement mais sûrement. Le nombre d’endroits nus augmente alors considérablement.

Les causes possibles sont : un excédent d’humidité dans le sol, une mauvaise structure du sol, un sol acide, une herbe trop courte ou un manque de substances nutritives.